Archives du mot-clé solidarité

Chaque séparation est un lien

Réflexion 13

Deux prisonniers dont les cellules sont adjacentes communiquent l’un avec l’autre en cognant sur le mur. Le mur est la chose qui les sépare, mais il est également leur moyen de communication. C’est la même chose avec nous et Dieu. Chaque séparation est un lien.

Simone Weil, militante de la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale

Nous avons atteint une époque dans l’histoire humaine où chaque personne, chaque événement, chaque expérience nous oblige à enfin comprendre pleinement que la séparation entre nous-mêmes et les autres n’existe pas. Même les murs que nous construisons entre nous et les autres, les ressentiments, les peurs, les jalousies et toutes nos défenses, nous gardent connectés, quoique de façon déformée, mais reliés tout de même à ceux que nous cherchons à repousser.

La connectivité intrinsèque est peut-être la leçon primordiale que l’humanité est priée d’apprendre en cette période de bouleversements. Nous ne pouvons mettre un terme à notre relation avec quelqu’un ou quelque chose, même dans la mort. Cette connaissance peut être extrêmement utile dans les situations où il n’est pas possible de se connecter directement à quelqu’un, par exemple si la personne nous a expulsé de sa vie ou s’il est survenu une autre rupture entre nous. En fait, nous pouvons nous asseoir tranquillement, entrer dans un lieu de profonde quiétude à l’intérieur de soi et permettre à notre Soi sacré d’échanger en silence avec celui de l’autre personne. Nous ne le faisons pas pour nous justifier ou nous expliquer, mais pour reconnaître notre unité infinie et éternelle avec cette personne. Dans cette sphère de la reconnaissance de notre unité avec l’autre dans un calme profond, des miracles se produisent souvent. Écrire dans un journal ou rédiger des lettres que nous n’enverrons pas est également utile dans certaines situations, parce que cela ouvre nos cœurs et permet à une compréhension inconnue de remonter à la surface.

Des liens réels et concrets avec des proches, des amis ou des ennemis ne sont peut-être pas possibles sur le champ, mais il n’y a pas non plus de déconnexion psychique complète. Chaque séparation est un lien.

——————

Le livre L’effondrement. Petit guide de résilience en temps de crise, publié par les éditions Écosociété, est la traduction de la première partie de Collapsing Consciously écrit par Carolyn Baker. Les 52 réflexions hebdomadaires sur l’effondrement de la civilisation industrielle  sont quant à elles publiées sur ce site à raison d’une par semaine; elles constituent la deuxième partie de la version originale en anglais du livre Collapsing Consciously.

Vous pouvez vous procurer le livre de Carolyn Baker intitulé L’effondrement. Petit guide de résilience en temps de crise, Éditions Écosociété en librairie, ou en le commandant par la poste en envoyant un chèque de 14$ au nom de Fondation Écho-logie, 7011 ave Champagneur, Montréal, H3N 2J6.

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

office-2007-key  |
office-2007-product-key  |
office-2007-ativation-key  |
office-2007-iso  |
office-2007-keys  |
office-2010-key  |
office-2010-product-key  |
office-2010-ativation-key  |
office-2010-iso  |
office-2010-keys  |
office-2013-key  |
office-2013-product-key  |
office-2013-ativation-key  |
office-2013-iso  |
office-2013-keys  |
office-2016-key  |
office-2016-product-key  |
office-2016-ativation-key  |
office-2016-iso  |
office-2016-keys  |

Suivre le fil, malgré tout

Réflexion 7

Il y a un fil que vous suivez. Il traverse les choses qui changent. Mais lui ne change pas.

William Stafford

Peut-être que rien dans ces temps troublés n’est plus urgent que d’être conscients que le fil vit en nous et de ressentir sa présence dans nos vies. Pendant les périodes de changements vertigineux et effrayants, le fil demeure, toujours là, prêt à être touché et à nous entraîner. Ce faisant, nous ressentons notre connexion avec les ancêtres, la sagesse ancienne, la vérité intemporelle et les restes éternels du sacré.

Notre travail n’est pas seulement de rester en contact avec le fil, mais de l’utiliser pour retisser et refaire notre monde avec les fibres effilochées d’un vêtement que nous avons hérité des Lumières, un vêtement qui a fini par devenir un poids étouffant sur nos âmes, une couverture séduisante, mais triste.

Stafford nous assure que tant que nous tiendrons le fil nous ne pourrons nous perdre. Tout s’effondre ; les gens remettent nos choix en question, concluent peut-être même que nous sommes fous. Pourtant, nous tenons à notre fil et aidons nos congénères humains à trouver le leur. Quand nous nous sentons dépassés, nous nous accrochons au fil et lorsque notre voisin est près de succomber à la folie, nous lui offrons un poème, une chanson, une histoire, ou une autre belle chose pour apaiser et adoucir sa terreur, quelque chose qui lui rappellera le fil qu’il n’a pas retrouvé, mais n’a jamais perdu. En chérissant le fil, nous comprenons de mieux en mieux combien nous sommes tous reliés intimement ensemble dans un vêtement qui s’appelle la vie. En fait, c’est ce que des périodes turbulentes ont toujours enseigné aux humains.

——————

Le livre L’effondrement. Petit guide de résilience en temps de crise, publié par les éditions Écosociété, est la traduction de la première partie de Collapsing Consciously écrit par Carolyn Baker. Les 52 réflexions hebdomadaires sur l’effondrement de la civilisation industrielle  sont quant à elles publiées sur ce site à raison d’une par semaine; elles constituent la deuxième partie de la version originale en anglais du livre Collapsing Consciously.

Vous pouvez vous procurer le livre de Carolyn Baker intitulé L’effondrement. Petit guide de résilience en temps de crise, Éditions Écosociété en librairie, ou en le commandant par la poste en envoyant un chèque de 14$ au nom de Fondation Écho-logie, 7011 ave Champagneur, Montréal, H3N 2J6.

De la liberté et de la communauté

Réflexion 6

La liberté est l’ultime désir spirituel d’un être humain, mais la liberté est seulement appréciée quand elle se situe à l’intérieur des paramètres d’un sentiment d’appartenance plus large.

David Whyte

Avec l’écroulement de la société et de la culture, on peut éprouver plusieurs menaces réelles ou imaginaires pour notre liberté. Les lois et leur application peuvent se dégrader. Les systèmes peuvent se désintégrer et devenir des tas de cendres de l’ancienne modernité. Des gouvernements aux soins intensifs qui tentent de maintenir leur contrôle et leur légitimité pourraient devenir de plus en plus autoritaires. Ou dans des zones plus reculées, où le long bras de la loi pourrait avoir été considérablement raccourci par l’effondrement économique, certains individus pourraient usurper le pouvoir dans des tentatives opportunistes de renforcer leurs propres possibilités de survie. D’autre part, l’effondrement des grands systèmes pourrait apporter plus de liberté que beaucoup d’entre nous n’auraient pu imaginer, du moins pour un certain temps. Mais la nature a horreur du vide, et l’absence de structure civique pourrait à la fin aboutir à une sévère répression.

Quelle que soit la liberté dont nous jouissons, ou pas, il est bon de se rappeler les paroles de David Whyte concernant les paramètres d’un sentiment d’appartenance plus large. La civilisation industrielle a poussé beaucoup d’entre nous à l’exil, un exil de nous-mêmes, de la communauté et de la nature. Nous avons maintenant l’occasion et, je crois, l’obligation de découvrir ce que signifie d’appartenir. Sans communauté, nous ne pourrons survivre en ces temps troublés. Avec une communauté, il est possible d’expérimenter un nouveau niveau de sécurité, de soutien et de prospérité au-delà de la simple survie. Pour plusieurs, ce sera leur première expérience d’appartenance depuis l’enfance ou, peut-être, la première tout court.

Peut-être n’aimons-nous pas tout le monde dans notre communauté ou ne raffolons-nous pas dans leur camaraderie, mais l’appartenance est un besoin humain qui doit être satisfait dans les temps difficiles si nous voulons naviguer parmi les écueils de l’effondrement et valoriser notre existence dans les ruines désordonnées de ce qui était autrefois une civilisation florissante. Lorsque nous faisons l’expérience de paramètres sains d’appartenance, nous sommes vraiment libres. L’ancien paradigme soutient que c’est seulement l’esprit libre indépendant qui est pleinement libre d’être lui-même. Est-il nécessaire de chercher plus loin pour voir où cette vieille histoire nous a menés ?

——————

Le livre L’effondrement. Petit guide de résilience en temps de crise, publié par les éditions Écosociété, est la traduction de la première partie de Collapsing Consciously écrit par Carolyn Baker. Les 52 réflexions hebdomadaires sur l’effondrement de la civilisation industrielle  sont quant à elles publiées sur ce site à raison d’une par semaine; elles constituent la deuxième partie de la version originale en anglais du livre Collapsing Consciously.

Vous pouvez vous procurer le livre de Carolyn Baker intitulé L’effondrement. Petit guide de résilience en temps de crise, Éditions Écosociété en librairie, ou en le commandant par la poste en envoyant un chèque de 14$ au nom de Fondation Écho-logie, 7011 ave Champagneur, Montréal, H3N 2J6.

Adieu à la croissance. Bien vivre dans un monde solidaire

Un essai de Jean Gadrey (Éd. Les Petits matins, 2012)

 

Jean Gadrey est un économiste de gauche bien connu en France. C’est un critique constructif du concept de décroissance. La quatrième de couverture présente ainsi son livre :

« La croissance : un remède à tous les maux! Tel est le discours martelé par nos dirigeants depuis des décennies, qu’il s’agisse de réduire le chômage, de régler le problème des retraites, de résorber les inégalités ou de surmonter la crise écologique.

Et si la croissance n’était pas la solution mais le problème? […] Faut-il pour autant ‘décroître’ à tout prix et nous résoudre à une austérité punitive? Le débat est mal posé. Il s’agit de dire adieu au culte de la croissance quantitative, et bienvenue à d’innombrables innovations douces avec la nature comme avec les humains. »

Voilà une belle réflexion qui devrait intéresser tous nos lecteurs.

Dans la première partie, Gadrey explique ce qu’est la croissance : qu’y compte-t-on et qu’y oublie-t-on? On vise des quantités, sans se préoccuper de la qualité ; et pourtant, comme il le montre bien, le mieux-être est déconnecté du « plus avoir ». Pour l’environnement en particulier, la croissance est source de destruction de la nature ; dans une brève annexe au chapitre 3, Gadrey dispose brillamment des arguments des climato-sceptiques. Et dans le chapitre suivant, il montre comment la croissance verte ne peut être qu’une utopie.

Tout cela, la plupart d’entre nous le savions déjà ; le grand intérêt du livre est dans la suite, alors que l’auteur explore cette société post-croissance que nous pourrions nous donner, avec tous les avantages qu’elle comporte. En cessant la course à la productivité et en prenant comme autre objectif la durabilité, ce qui amènerait la création de multitudes de nouveaux emplois ; encore une annexe intéressante, cette fois sur les conséquences du bio généralisé (des milliers d’emplois de plus, et pas tellement plus cher). Puis ensuite un tableau fort inspirant , « Prospective de l’emploi par secteurs », dans tous les domaines, de l’agriculture aux transports, en passant par le commerce, la réparation, les services…Celles et ceux qui prédisent un chômage massif si la croissance ralentit en prendront pour leur rhume…

Dans un bref chapitre, Gadrey nous dit pourquoi il n’aime pas le terme de décroissance, tout en reconnaissant le bien-fondé du concept. « En résumé, écrit-il, défendre le projet d’une société soutenable de sobriété et de plein-emploi, débarrassée de l’obligation de croissance et impliquant une forte réduction des inégalités, c’est sans doute moins radical que de parler de décroissance. Mais l’attente des citoyens porte désormais sur la question : ‘Comment réorienter et avec quels effets sur nos vies?’ C’est à répondre à cette interrogation qu’il s’attaque dans la troisième partie du livre, avec les chapitres suivants :

  • Pour « sauver la planète » : l’égalité des droits au bien-vivre!
  • Les « plus » d’une société du bien-vivre
  • Pauvreté, bien-vivre et croissance
  • Retraite et société soutenable.

Comment tout cela arrivera-t-il? Il écarte en 9 arguments fort convaincants une réforme du capitalisme. C’est par la société civile que tout doit se passer, par le réveil et la prise en charge d’elle-même de la population, qui doit forcer les divers gouvernements à mettre en marche les changements qui s’imposent. Et qu’on ne vienne pas nous dire que nous n’avons pas les moyens de les faire; quand on y regarde bien, de multiples ressources existent, comme dans nos systèmes de taxation qui devraient décourager les comportements nocifs pour l’environnement.

Dans sa conclusion, Gadrey réfléchit sur les scénarios redoutables et sur ceux qui sont désirables. Et il écrit : « La crise, si douloureuse soit-elle pour beaucoup, attire l’attention sur ces idées et ces alternatives. Il n’existe pas d’autre issue que l’action collective coordonnée de toutes ces composantes de la société civile mondiale, qui placent au premier plan, du local à l’international, la solidarité et la justice, la démocratie et le souci de la préservation des multiples patrimoines naturels et sociaux d’une bonne société. »

Un ouvrage à méditer.

Global Partage

Je participerai, cette semaine à l’Université du Québec à Chicoutimi, à l’Événement éco-conseil 2015 sur le thème « Nourrir le partage ».

Activité organisée chaque année par la cohorte des étudiantEs en éco-conseil, l’événement cherche à informer et à mobiliser le milieu (aussi bien étudiant que communautaire et même industriel) autour de questions touchant les questions d’environnement et de développement durable.

Cette invitation m’a permis de découvrir, avec beaucoup de curiosité et d’intérêt, un excellent documentaire dont je n’avais jamais entendu parler: Global Partage du réalisateur Dimitri Grimblat présenté en France sur la chaîne de télévision Canal+.

Ce film de 90 minutes propose un tour du monde des initiatives d’économie collaborative qui se sont développées à grande vitesse un peu partout sur la planète depuis que la technologie informatique est devenue largement accessible et que ses diverses applications pratiques se sont multipliées.

Je reprends ici la présentation de l’émission: « Les ressources de la planète qui s’épuisent, une crise économique qui devient une crise du système économique… Face à ce constat, des pionniers de plus en plus nombreux cherchent des pistes pour vivre mieux et de façon plus durable. C’est ainsi que l’idée du partage a fait son chemin jusqu’à devenir une petite révolution qui touche désormais toutes les activités. L’économie collaborative basée sur l’échange entre individus sans intermédiaires est en train de façonner un autre mode de consommation et de rapport aux autres. »

Et c’est vrai que ça touche tous les domaines de la vie: du transport (autos, vélos) au milieux de travail (bureaux pour travailleurs indépendants), de la nourriture (repas partagés) à l’alimentation (jardins collectifs urbains où chacun peut se servir), des cours universitaires gratuits aux échanges de livres, du logement à la revitalisation des quartiers par des petits entrepreneurs, des laboratoires d’exploration à la fabrication d’automobiles en modèle « open source », de l’agriculture aux banques alternatives, bref, il est peu de domaines où l’économie collaborative n’est pas en train de défricher de nouvelles façons d’être-au-monde.

Ce documentaire, très attrayant et facile d’accès au niveau de sa structure et de sa présentation visuelle, permet de découvrir un monde dont la plupart d’entre nous ne soupçonne même pas l’existence. Et le grand avantage du film, c’est de montrer que la plupart des idées qui sont défendues dans ce Carnet trouvent des applications pratiques qui sont vraiment expérimentées concrètement aussi bien au Nord qu’au Sud. Et de voir ces idées en action ne peut être que très stimulant!

C’est Antonin Léonard, l’un des principaux promoteurs de cette économie collaborative en France et fondateur de l’organisme « Oui share », qui nous sert de guide à la rencontre de très nombreux entrepreneurs sociaux à l’origine d’initiatives les plus diverses. Pour lui, nous assistons à une véritable « révolution en marche, qu’il nous faut maintenant encourager, accompagner et diffuser ».

Le film est aussi l’occasion de rencontrer et de découvrir tous ces innovateurs sociaux, hommes et femmes, de même que les organismes qu’ils ont fondés, les sites Internet qu’ils ont mis en ligne, les livres ou documents qu’ils ont produits, etc. Une vraie mine de renseignements précieux qui permettent de suivre chaque piste autant que l’on veut…

Je n’en dis pas plus: allez visionner le film qui est, heureusement, disponible en visionnement libre sur Internet (ce qui est, il faut l’avouer, en parfaite cohérence avec le discours de partage qui est au cœur du documentaire).

En terminant, je dois avouer que ce film m’a amené à reconsidérer sérieusement ma vision de la technologie numérique et des récents développements technologiques. Alors que jusqu’ici, j’en voyais surtout les conséquences potentiellement négatives (tout en admettant, bien sûr, qu’ils avaient aussi des côté positifs), je dois admettre que Global Partage m’a fait réaliser concrètement qu’une foule de ces initiatives nouvelles et potentiellement révolutionnaires (dans le sens d’une société plus participative et collaborative) n’ont pu naître qu’en raison même de ces technologies.

De même, l’un des grands reproches que je faisais aux ordinateurs et aux réseaux sociaux (celui d’isoler très souvent les individus dans un monde virtuel au détriment des rencontres réelles avec de vraies personnes autour d’eux) s’avère être aussi remis en question par le documentaire. Celui-ci montre en effet que la technologie, à travers ses moyens « virtuels », peut aussi contribuer directement à provoquer de nouvelles formes de rencontres « en personnes », inédites jusqu’ici et tout aussi riches que les anciennes. Les i-phones pour nous sortir de notre individualisme? Mettons que c’est tout nouveau pour moi! Et peut-être prometteur, qui sait?

Enfin, l’une des découvertes les plus fascinantes, pour moi, de ce documentaire est la remise en question de la notion même de « propriété » que cette économie collaborative est en train d’amorcer. Non pas que tout soit gratuit dans cet univers virtuel, bien qu’énormément de choses le soit encore, comme le voulait la dynamique d’origine de l’Internet. Mais la vraie remise en question de la « propriété » semble venir plutôt de la conjonction de deux facteurs économiques fondamentaux:

  • une crise systémique de la mondialisation capitaliste, créée à la fois par les crises économiques successives, par l’accroissement des inégalités, par les culs-de-sac de la croissance illimitée et par les déceptions apportées par l’abondance matérielle;
  • les possibilités de collaboration jusqu’ici inaccessibles engendrées par la révolution technologique et informatique des 20 dernières années.

Et la conjonction de ces deux facteurs rend non seulement possible un nouveau modèle de collaboration (par opposition à la compétition favorisée par la propriété privée des connaissances, des produits et des moyens de production), mais le développement des outils informatiques (et la culture qui s’en dégage) semble favoriser le partage (le plus souvent gratuit) des savoirs (voir tout le développement et la culture des logiciel livres, des codes « open source », des outils collaboratifs « wiki », etc.).

Regardez le film: vous ne le regretterez pas! Et j’aimerais bien savoir ce que vous en avez pensé… Et si vous trouvez que mes impressions sont trop optimistes…

 

 

 

 

 

Faire germer le champ des possibles!

et par Baptiste Sureau –

La plus ancienne photographie de la Terre vue de l’espace date de 1966. Depuis cette époque nous pouvons prendre conscience de la beauté et en même temps de la finitude de la planète Terre.

Notre modèle économique, basé sur la croissance et nos modes de vie énergivores, est aujourd’hui clairement identifié comme prédateur pour le système écologique qui nous permet de vivre. Et puis même pour sortir du chômage de masse, il faut renoncer à compter sur la croissance. Cela fait trente ans qu’on s’y essaye sans succès, et la croissance ne cesse de s’amenuiser. Et pourtant les élites politiques et économiques s’obstinent à poursuivre sur la même voie.

Notre modèle de société occidental est fini, il est dans une impasse. Il subsiste pour l’instant, sous perfusion, grâce à l’exploitation forcenée des énergies fossiles, des métaux rares et de millions de travailleurs. Il est clair qu’il va finir à courte échéance et ça dépend de nous de savoir si il va finir dans des explosions sociales et le chaos, ou de façon plus noble et raisonnable.

Récemment des concepts tels que la simplicité volontaire, la décroissance, la sobriété heureuse,… sont parvenus jusqu’aux oreilles du grand public. Ils sont bien bien souvent remplis d’a priori, d’idées reçues et de préjugés. Cependant leur importance et leur diffusion ne se démentent pas. À mes yeux, peu importe le terme utilisé et les querelles de spécialistes autour de ces concepts, l’important est d’y voir le champ des possibles immense qui s’ouvre à nous. Ces concepts aujourd’hui bien théorisés par des scientifiques tels que Nicholas Georgescu Roegen, Ivan Illich, Serge Latouche, Pierre Rabhi,… sont rendus vivants par des citoyens de plus en plus nombreux qui façonnent les alternatives de demain. C’est un motif d’espoir extrêmement important car la société civile, si on lui en laisse l’opportunité, peut être très créatrice.

Pendant des millénaires l‘Humanité a survécu et s’est même développée en manquant de tout et risque aujourd’hui de disparaître dans l’abondance la plus totale! C’est un paradoxe dont il faut tirer les conclusions le plus rapidement possible.  Notre modèle de société basé sur l’accumulation est morbide et aliénante. Avec l’humanitaire et les ONG qui se développent de façon toujours plus importante, nous sommes dans le modèle du pompier pyromane.  Nous avons l’humanitaire qui est un palliatif à notre manque d’humanisme. Même si dans les situations d’urgences, il est indispensable et constitue un bel exemple de la générosité et de l’amour que les Hommes peuvent avoir.

Montrer les coûts humains et écologiques réels de notre consommation est un moyen, non pas de culpabiliser, mais de prendre conscience que notre sacro-sainte liberté d’acheter, de voyager,… nous mène à notre perte et nous amène bien souvent qu’un bonheur limité et artificiel. « La joie ne s’achète pas, il faut la construire » Pierre Rabhi.

L’idée est de développer la responsabilité individuelle et collective. Nous sommes sur une planète limitée, il faut dont s’éduquer dès le plus jeune âge à l’auto-limitation et cela doit imprégner toutes les structures de nos sociétés. L’idée n’est pas de retourner à la bougie bien entendu mais de nous orienter vers un style de vie qui « accorde aux choses matérielles leur place propre et légitime, c’est-à-dire la seconde place et non la première » Ernst Friedrich Shumacher. L’enjeu n’est pas de fuir le plaisir ou la satisfaction ou de créer de la frustration mais de s’épanouir pleinement sans passer par les voies de la société de consommation. Un changement de paradigme est nécessaire, il faut changer radicalement sa vision de la réalité car le modèle n’est pas aménageable. Se mettre sur la voie du changement le plus vite possible est essentiel – il faut retrouver de la diversité culturelle, sociale, économique…

Par ailleurs, les alternatives doivent être accompagnées d’un changement de conscience individuelle et collective. C’est un point crucial car comme le dit Pierre Rabhi, « on peut manger bio, se chauffer aux panneaux solaires, se déplacer en vélo,… et exploiter son voisin ». Nos sociétés créent de l’insatisfaction artificielle, il nous faut donc combler un vide  et cela doit bien entendu passer par la consommation. Mais c’est un « puits sans fond si l’on ne travaille pas sur notre intériorité » et sur ce qui nous est vraiment nécessaire dans la vie.

Par ailleurs, pour accompagner la mise en place d’alternatives dans tous les domaines, il peut être intéressant de s’appuyer sur deux démarches qui serviront de détonateur:

– La réduction et le partage du temps de travail

– Mise en place d’un revenu inconditionnel d’existence ou revenu de base

Cela permet de nous libérer du travail contraint pour participer à la transformation de la société. Selon un nombre croissant de scientifiques, c’est une question de volonté politique et non pas d’ordre comptable. Je renvoie sur ce point au reportage sur le revenu de base qui donne des explications sur la manière de financer un tel projet.

Pour Vincent Liegey, porte-parole du parti pour la décroissance,  » La première décroissance à réaliser est celle des inégalités. Les études sur les indicateurs subjectifs de bien-être montrent que le plus important n’est pas le niveau de confort matériel en lui-même mais le niveau des inégalités : plus les inégalités sont fortes, plus le sentiment de mal-être sera fort. Aller vers des sociétés matériellement frugales, écologiquement soutenables, cela ne veut pas dire revenir à la bougie. L’enjeu est de revenir à une société beaucoup plus simple, à un autre type de confort matériel, sans remettre en question les avancées de la société actuelle. Retrouver aussi ce qui a été détruit : convivialité, solidarité, générosité ou encore le « buen vivir », ce concept de la « vie bonne » développé en Amérique latine. »

J’aime à imaginer le monde de demain et ses différentes communautés comme de gigantesques auberges espagnoles, où chacun apportera ses expériences, son vécu, où les concessions seront nécessaires mais où la joie apportée par le vivre ensemble dépassera l’égoïsme de chacun. Je suis persuadé que la complémentarité vaut mieux que la compétition et la concurrence. Et pour favoriser cela, l’éducation qui joue un rôle crucial doit revoir en profondeur ses méthodes d’enseignements.  Ces concepts et mouvements sont une invitation à aller plus loin dans les questionnements et à ouvrir des possibles pour sortir de la croissance. De nombreuses personnes ne se définissent pas comme décroissants mais partagent un certain nombre de valeurs, et tentent dans leur quotidien d’avoir un autre rapport à la consommation, au travail, un autre rythme de vie. Relier les initiatives et les citoyens qui ont décidé de construire autre chose, comme peuvent le faire en France le « Mouvement des Colibris » ou les « Artisans du changement » au Québec est un premier pas important.

Chacun de nous peut inventer le monde de demain et une civilisation plus humaine. Cela passe par des mesures concrètes mais doit impérativement être accompagné par un renouvellement philosophique et un changement en profondeur de notre rapport à notre environnement naturel et social. Cela commence par se changer soi même. Le dilemme actuel est que ces processus demandent du temps et que nous en avons de moins en moins.

Pour lire d’autres articles de Baptiste: http://perspectives21.wordpress.com/

Plaidoyer pour une nourriture locale (partie 2)

Cet article est la traduction d’un essai de Helena Norberg-Hodge et Steven Gorelick. Après une entrée en matière qui nous présentait les nombreux avantages de la nourriture locale, nous regardons à présent les aspects pratiques d’un changement de notre système alimentaire, pour le rendre plus local et juste.

Comment passer à une échelle locale?

Les systèmes alimentaires locaux ont d’énormes avantages, mais la plupart des décideurs, croyant que davantage de commerce est toujours meilleur, soutiennent systématiquement une mondialisation accrue de la nourriture. Par conséquent, des produits identiques parcourent le monde en tous sens, sans autre but que d’enrichir les intermédiaires corporatifs qui contrôlent l’approvisionnement mondial en nourriture.

Une première étape immédiate consisterait à faire pression pour que des changements de règles assurent que des produits identiques ne puissent à la fois être exportés et importés. Si nous éliminons les échanges commerciaux inutiles de toutes sortes de produits depuis le blé, le lait et les pommes de terre jusqu’au jus de pomme et au bétail vivant, la réduction des flux de transport amènerait à elle seule des bénéfices instantanés. De plus, si on permettait aux gens du monde entier de manger leur propre pain et de boire leur propre lait, les méga-entreprises ne feraient pas des profits à chaque fois que nous nous mettons à table.

Un tel changement exigerait de repenser le dogme du « libre échange ». Les traités commerciaux doivent être réécrits afin de rétablir les droits des citoyens à protéger leur économie et leurs ressources des prédateurs corporatifs.

Dans le même temps, les subventions qui soutiennent actuellement le système alimentaire mondialisé doivent être redirigées vers des systèmes plus locaux. Les gouvernements ont dépensé d’énormes sommes provenant des contribuables pour soutenir un système alimentaire coûteux qui prétend fournir de la nourriture ‘à bas coût’. Si même une partie de ces sommes était plutôt dédiée au soutien de systèmes alimentaires locaux, le coût de la nourriture local diminuerait de façon importante, et sa disponibilité augmenterait rapidement.

Des changements dans la politique énergétique sont extrêmement importants – celle-ci subventionne actuellement lourdement des systèmes énergétiques centralisés et à grande échelle nécessaires au commerce mondial et au « développement » industriel de tout poil. Dans le Sud, où l’infrastructure énergétique est encore en cours de construction, une réorientation vers une énergie renouvelable et décentralisée pourrait facilement être faite moyennant une petite partie du coût financier et des bouleversements humains entraînés par les énormes barrages, le nucléaire et les énergies fossiles.

Nous devons également reconnaître l’importance du savoir local dans la conservation des systèmes alimentaires locaux et récupérer les savoirs qui ont été en grande partie perdus. De nos jours, un modèle éducatif universel est imposé de par le monde, ce qui élimine beaucoup du savoir et des compétences dont les gens ont besoin pour subsister à partir de leurs ressources propres, là où ils habitent.

Des changements de législation fiscale aideraient également à soutenir la relocalisation alimentaire. Des crédits d’impôts pour les technologies gourmandes en capital et en énergie favorisent actuellement les producteurs les plus gros et les plus mondialisés. Dans le même temps les méthodes demandant beaucoup de main d’œuvre des producteurs diversifiés à petite échelle sont pénalisées par les impôts sur le revenu, les charges sociales et les autres taxes pesant sur le travail.

La re-réglementation du commerce mondial et la déréglementation du commerce local

Comme nous l’avons vu, la dérégulation continue du commerce et de la finance mondiaux a amené à l’émergence d’entreprises géantes dont les activités causent beaucoup de pollution et d’exploitation sociale. Ceci a amené un besoin grandissant de règlementations sociales et environnementales ainsi que d’une énorme bureaucratie pour gérer ces règlements. Cette bureaucratie étouffe les petites entreprises par la paperasse, les inspections, les amendes, et le coût des technologies obligatoires. Le fardeau réglementaire est trop lourd pour les petits, alors que les gros paient facilement et grossissent encore à mesure que leurs petits concurrents disparaissent. Combien de laiteries ont mis la clé sous la porte parce qu’elles se devaient d’avoir des éviers en acier inoxydable, alors que ceux en porcelaine les avaient bien servies pendant des générations?

Il y a actuellement un besoin urgent de re-réglementer le commerce mondial en permettant aux gouvernements nationaux et régionaux de contrôler les activités des compagnies transnationales. Il est tout aussi urgent de déréglementer le commerce local, qui de par sa nature est beaucoup moins susceptible de nuire à la santé humaine et à l’environnement.

Inverser la tendance

Ces changements de politique et de réglementation ouvriraient un espace pour que des milliers d’initiatives portées par les collectivités – dont beaucoup existent déjà – puissent s’épanouir. De l’agriculture soutenue par la communauté et des livraisons de paniers aux marchés fermiers, coops alimentaires et campagnes pour l’achat local, les gens ont déjà commencé le travail de terrain nécessaire à la reconstruction de leurs systèmes alimentaires locaux. Mais ces efforts ne suffiront pas si les politiques publiques continuent à favoriser les gros et ceux qui opèrent au niveau mondial.

Lorsque les ministres promeuvent aveuglément le commerce pour le commerce tout en discutant de réductions d’émissions de CO2, il peut sembler peu probable que des changements significatifs aient lieu. Et tel sera en effet le cas si les activistes et les citoyens ne s’unissent pas derrière des bannières anti-mondialisation et pro-locales, et s’ils n’exercent pas une forte pression de la base. Des alliances inusitées ont d’ores et déjà vu le jour. Des environnementalistes et des syndicalistes, des fermiers et des tenants de l’écologie profonde, des gens du Nord et du Sud – se donnant la main pour refuser le rouleau compresseur qui détruit les emplois aussi vite que les espèces, et menace le gagne-pain des fermiers tout en faisant monter le prix de la nourriture saine sur le marché.

Il faut toutefois faire encore davantage de travail, y compris par des campagnes d’éducation révélant les liens entre les nombreuses crises que nous vivons, pour dire haut et fort la vérité sur le commerce et la façon dont nous mesurons le progrès, et pour décrire de façon saisissante les bénéfices écologiques, sociaux, psychologiques et économiques de la relocalisation et de la décentralisation de nos économies.

Raccourcir les liens entre fermiers et consommateurs pourrait être l’une des façons les plus stratégiques et agréables d’amener des changements profonds qui vont dans le bon sens. Quelle satisfaction de savoir qu’en faisant quelque chose d’aussi positif pour nous-mêmes et nos familles, nous apportons également une contribution bien réelle à la préservation de la diversité, la protection des emplois, des moyens d’existence ruraux et de l’environnement, partout dans le monde

Helena Norberg-Hodge est une militante écologiste britannique, fondatrice de l’International Society for Ecology and Culture (ISEC), dont l’un des projets est le film Economics of Happiness (L’économie pour le bonheur). Steven Gorelick est directeur des programmes à l’ISEC et co-réalisateur de Economics of Happiness. Merci à tous deux de nous avoir permis d’utiliser cet essai!

Traduit de l’anglais par Sylvie Robert, membre du Réseau Transition Québec.

L’article original peut être trouvé sur le site l’International Society for Ecology and Culture.

Protéger les terres de la spéculation – une rencontre ce jeudi

Rencontre exploratoire sur les fiducies foncières 

Un problème

      En milieu rural, le prix des bonnes terres augmente constamment ; les jeunes qui voudraient se lancer en agriculture ne peuvent que difficilement avoir accès à une terre.

      En milieu périurbain, les terres sont achetées par des spéculateurs, qui veulent les consacrer au développement domiciliaire.

      En ville, les terrains sont tellement coûteux qu’ils rendent inaccessible la propriété à un fort pourcentage de la population.

 

Une solution?

Les fiducies foncières permettent de retirer des terres de la spéculation foncière, en les retirant définitivement du marché et en les consacrant à une vocation déterminée. La formule est encore peu répandue au Québec ; ne serait-il pas temps de s’organiser pour le faire?

 

Une rencontre exploratoire

Si l’idée vous intéresse, nous vous invitons à une rencontre sur le sujet.

Date: Jeudi 6 février à 19h

Lieu: Salle Esdras-Minville, au 4ème étage, du nouvel édifice des HEC (3000 Chemin de la Côte-Sainte-Catherine). Métro Université de Montréal.

Programme :

1) le problème des fermes péri ou intra urbaines:
Brèves présentations de Benoît Girard, ferme du Bord-du-Lac, à l’ïle Bizard;
et de Ramzy Kassouf, ferme des Jardins Carya à Senneville
2) présentation sommaire de la formule des fiducies foncières (Serge Mongeau)
3) discussion sur les moyens de faire avancer le dossier localement.

Si vous connaissez des personnes possiblement intéressées, n’hésitez pas à leur communiquer l’information.

 Yves-Marie Abraham, John Burcombe, Serge Mongeau

De Syrie: Mère Agnès Mariam de la Croix

Je sais, ce devrait une chronique autour de la simplicité volontaire. Et écrite la semaine dernière, par-dessus le marché!

Mais ce soir, au terme de plusieurs semaines intensives de travail de solidarité avec la Syrie, je n’ai aucunement la tête à vous parler de simplicité volontaire. Mais bien plutôt de malheur involontaire. Ou, plus proche encore de la réalité sur le terrain, de tragédie sans nom: la Syrie, au riche passé plusieurs fois millénaire, qu’on regarde passivement détruire et retourner peu à peu à la barbarie.

syrieCe n’est pas le lieu d’un exposé de géographie, d’histoire ou d’intérêts géostratégiques. D’ailleurs, je n’en ai pas les compétences. Mais pour avoir organisé et suivi de près la visite au Canada et à Montréal de Mère Agnès Mariam de la Croix, religieuse catholique melkite d’origine palestino-libanaise qui vit en Syrie depuis 20 ans, j’ai vu de près les destructions et les atrocités qui déchirent ce pays depuis maintenant presque trois ans. Avec plus de 100,000 morts, une dizaine de millions de personnes déplacées (près de la moitié du peuple syrien!), des populations assiégées depuis des mois, la famine et le manque de soins, les enlèvements, etc.

Et au milieu de toutes ces horreurs, de toutes ces noirceurs, de petites lueurs d’espoir: un millier de personnes, de régions, d’ethnies et de religions diverses qui font ensemble le serment, en janvier 2012, de ne pas se laisser entraîner dans des divisions sectaires, de ne jamais prendre les armes les uns contre les autres, et de travailler inlassablement à rapprocher les belligérants à travers le dialogue et la négociation pour en arriver éventuellement à la réconciliation et à la paix. Le mouvement syrien MUSSALAHA (« Réconciliation ») était né.

Deux ans plus tard, Mère Agnès Mariam est devenue, tant en Syrie qu’à l’étranger, la principale figure publique et porte-parole du mouvement MUSSALAHA. Sur le terrain même, le mouvement a permis de nombreuses petites « victoires de la paix », jamais rapportées dans les médias. Et parfois même des victoires plus importantes, comme à la fin d’octobre 2013, quand il a pu négocier la libération de plus de 6000 personnes assiégées à Moadamiya, un quartier de Damas. Pour mesurer l’ampleur d’une telle opération de paix, et tout le courage et la détermination qui ont été nécessaires pour la mener à bien, on peut en quelque sorte assister ici à cette opération en texte, images et vidéo.

MAMCette Mère Agnès Mariam, qui est indiscutablement pour moi une artisane de paix, est pourtant depuis des mois l’objet d’une campagne massive et vicieuse visant à la discréditer auprès des gouvernements et des médias en la faisant passer pour une propagandiste déguisée du régime de Bashar El-Assad, l’accusant même d’utiliser son statut de religieuse pour donner, en Occident, un vernis de crédibilité à la dictature syrienne. Et autant je peux témoigner personnellement de l’authenticité de cette femme, autant je peux témoigner de l’efficacité de cette campagne de calomnies contre elle: je me suis moi-même heurté, pendant quelques semaines, au véritable « mur de silence » que la plupart des médias ont monté autour d’elle.

Les plus charitables, ou les plus prudents, disaient qu’elle était « un personnage controversé ». Les plus directs affirmaient carrément qu’elle n’avait aucune crédibilité et n’était que le porte-voix du régime Assad. Dans l’un et l’autre cas, la conséquence était la même: les médias hésitaient ou refusaient carrément de lui permettre de faire entendre son message. Pour vous permettre de vous faire vous-mêmes votre idée, je vous réfère à un article très récent: Mother Agnes Mariam In Her Own Words.

Quoi qu’il en soit, je ne saurais à ce moment-ci, fatigué comme je suis, faire un véritable bilan de sa visite à Montréal (hier et aujourd’hui).

Mais pour tous ceux et celles qui sont intéresséEs à en savoir davantage sur le mouvement MUSSALAHA, sur les événements en Syrie vus du point de vue du mouvement pour la paix syrien, et sur la solidarité qu’on peut avoir avec ce peuple immensément meurtri, il existe un site internet mis sur pied il y a quelques mois au retour d’une Délégation internationale pour la paix et la réconciliation, présidée par le Prix Nobel de la Paix Mairead Maguire, qui s’est rendue au Liban et en Syrie en mai dernier.

Dans son rapport, la délégation avait constaté à quel point la situation qu’elle avait constatée sur le terrain était différente de celle qu’on nous présentait dans la plupart de nos médias occidentaux. Et elle avait conclu que toute solution en Syrie ne pourrait venir que de négociations entre les Syriens eux-mêmes. D’où l’importance de faire cesser TOUTES les interventions extérieures, aussi bien par l’envoi d’armes, d’argent ou de combattants étrangers qui s’y retrouvent par milliers (de plus de 80 nationalités différentes!).

Et comme complément à toute l’information (fiable) que vous pourrez trouver auprès du Syria Solidarity Movement, qui organisait la tournée canadienne de Mère Agnès Mariam, je me permets d’ajouter ci-dessous le texte que j’écrivais, au nom du comité organisateur de la visite à Montréal, sur le sens de cette visite de Mère Agnès Mariam.

La visite de Mère Agnès Mariam à Montréal

La situation actuelle en Syrie est de l’avis de tous catastrophique. Du point de vue des pertes de vies humaines (dont un très grand nombre de civils non combattants), du point de vue des conditions sociales, alimentaires et sanitaires (populations déplacées ou réfugiées, à l’intérieur du pays comme dans les pays avoisinants, manque grave de nourriture et de soins de santé, destruction des infrastructures essentielles, etc.) comme du point de vue des perspectives d’avenir (un conflit armé toujours plus féroce, une haine de l’ennemi exacerbée, des forces en présence multiples et souvent divisées, une peur et une méfiance croissantes.

La situation sociale, religieuse, ethnique, politique et militaire du pays et de la région est extrêmement complexe. Les alliances objectives ou conjoncturelles bougent souvent, de façon parfois surprenante ou paradoxale. Tout le contraire d’une situation claire, en noir et blanc, entre les « bons » d’un côté et les « méchants » de l’autre. Sans compter que les témoins oculaires étrangers sont trop peu nombreux et que tous les observateurs doivent chercher la « vérité » à travers une guerre de propagande aussi féroce que les combats armés.

Malgré toutes ces difficultés, nous ne pouvons pas rester silencieux ou impuissants. Même notre inaction est utilisée et fait le jeu de l’un ou l’autre des belligérants. Sans compter les intérêts géopolitiques des pays étrangers. C’est pourquoi les militants et militantes pour la paix, partout dans le monde, ont la responsabilité de plonger dans la mêlée, non pas pour « prendre parti » pour un camp ou l’autre, mais pour se tenir courageusement entre les deux camps en rappelant sans cesse les exigences du dialogue, de la négociation, des compromis pour aboutir éventuellement à la réconciliation et à la paix.

C’est le sens des efforts du mouvement MUSSALAHA (« Réconciliation ») syrien, né il y a presque deux ans, de l’engagement pris par un millier de civils de diverses origines sociales, ethniques et religieuses de ne pas tomber dans le piège des conflits sectaires, de refuser de tuer en toutes circonstances et de chercher plutôt la solution de tout conflit à travers le dialogue et la négociation.

C’est à cela que travaille Mère Agnès Mariam de la Croix. Et c’est pour cela que les membres de la Délégation internationale pour la paix, présidée par la lauréate du Prix Nobel de la paix pour 1976, l’Irlandaise Mairead Maguire, et qui s’est rendue au Liban et en Syrie en mai 2013 (voir le texte du rapport de la Délégation), ont décidé d’organiser la tournée nord-américaine de Mère Agnès Mariam.

Évidemment, chercher à promouvoir le dialogue entre deux camps qui s’entretuent, souvent de façon atroce, ce n’est pas la meilleure façon de se faire des amis, mais plutôt la meilleure façon de recevoir des coups, venant souvent des deux côtés. Et chercher à négocier avec les deux belligérants, c’est s’exposer inévitablement à être utilisés, « cooptés » ou même instrumentalisés contre son gré par chacune des deux parties, au gré de leurs intérêts du moment. Mère Agnès Mariam en sait quelque chose! Et les organisateurs de sa tournée nord-américaine, partout où elle est passée, aussi!

Gagner une guerre n’est jamais aussi difficile que de gagner la paix. Le conflit en Irak l’a démontré de manière éclatante : les États-Unis et leur « coalition des volontaires » ont écrasé rapidement les forces militaires irakiennes et occupé le pays pendant des années. Mais la paix en Irak se fait toujours attendre. La même chose est arrivée en Lybie, où les forces de l’OTAN ont rapidement « libéré » le pays de sa dictature; mais la paix n’est toujours pas au rendez-vous. Pire encore, l’Occident cherche depuis 14 ans à gagner la guerre en Afghanistan et il n’a toujours pas réussi. Encore bien moins à établir la paix!

Avec les Syriens du mouvement MUSSALAHA, et avec Mère Agnès Mariam, nous refusons de justifier, de participer à, ou même d’alimenter, par nos paroles ou par nos gestes, la poursuite de la guerre en Syrie. Au contraire, nous voulons travailler, par tous les moyens à notre disposition, à soutenir les artisans de paix syriens et à contribuer ainsi, modestement, à favoriser la réconciliation entre les camps adverses et à bâtir durablement la paix. Nous le devons bien à l’admirable peuple syrien, à son immense souffrance et à ses aspirations légitimes trop souvent trompées ou prises en otages par des intérêts qui lui sont étrangers.

Irréaliste? Idéaliste? Utopique? Certainement pas plus que d’espérer construire une paix durable en Syrie en prolongeant la destruction, les atrocités et la haine!

 Dominique Boisvert, 3 décembre 2013

Comment offrir une vie digne à nos aînés, dans un monde en bouleversement? (partie II)

Ce texte est une version courte d’une conférence donnée à Montréal lors du colloque sur la Décroissance dans les Amériques en mai 2012. La première partie a été publiée la semaine dernière sur ce blogue.

Une alternative possible : les Villes en Transition et autres mouvements citoyens locaux

Qu’est-ce qu’une fin de vie digne?

Beaucoup de personnes âgées dans les pays industrialisés bénéficient de soins dernier cri qui leur permettent de prolonger leur existence de manière impressionnante, avec ou sans qualité de vie. Il existe maintenant des professionnels des soins au troisième âge et les maisons de retraite ont du personnel s’assurant de la santé et du bien-être des pensionnaires. Mais ce déploiement de moyens est-il pour autant ce que l’on peut faire de mieux pour nos aînés?

On peut en douter. En effet, si l’on prend l’exemple des maisons de retraite, c’est un défi que d’apporter un soutien personnalisé et respectueux de l’individu dans une institution. Le fait que beaucoup de personnes dépendantes soient concentrées dans le même endroit favorise le nivellement des approches : ainsi, on mettra parfois des protections à tous, même à ceux qui sont encore autonomes, par manque de temps pour emmener chacun aux toilettes. On observe souvent des soins impersonnels, voire des situations où le personnel discute devant les pensionnaires tout en les soignant, comme s’ils n’existaient pas. Il s’agit là non seulement d’un impératif de gestion, mais aussi d’une manière pour les employés de gérer la difficulté de côtoyer la mort tous les jours[1].

Que pourrait désirer chacun de nous, hormis la santé, pour ses vieux jours? Sans doute de ne pas être isolé de ceux qui sont « encore dans la vie »; se sentir utile également. Être considéré comme un individu à part entière, un citoyen, une personne qui a un passé, a eu des bonheurs, des malheurs, des amours et des défis professionnels, même si elle dépend maintenant de l’aide des autres. Être écouté aussi, et non vu comme un(e) éternel(le) radoteur(se). En fait, le mieux que l’on puisse souhaiter, c’est que les autres continuent à voir ce que nous sommes, plutôt que de s’arrêter aux apparences qui nous trahissent et se dégradent. En résumé, ce serait de continuer à faire partie, de plein droit, de la communauté.

Retrouver le sens de la communauté

Même si la décroissance signifiera la perte matérielle de nombreuses possibilités (comme les soins de haute technologie), elle pourrait aussi être l’occasion de revoir la place des personnes âgées dans nos sociétés industrielles, et ce pour le meilleur.

Face aux défis présents, de nombreux groupes essaient de favoriser une vie communautaire plus riche. Et si, plutôt que de cantonner nos aînés dans l’attente de la fin, ou bien leur rôle de consommateurs, les citoyens redonnaient aux aînés leur rôle de sages? Le mouvement des Villes en Transition par exemple, qui vise à améliorer la résilience d’une ville, d’un village ou d’un quartier, fait de « Honorer les aînés » l’une de ses douze étapes clés[2].

Comme on l’a vu, le fait que les plus vieux d’entre nous soient déjà passés par beaucoup d’épreuves peut être une source d’inspiration dans le futur. Il ne faut pas sous-estimer le profond impact qu’auront les bouleversements économiques et écologiques sur la psyché des individus : avant ils pensaient faire partie de sociétés fortes et riches – et en l’espace de quelques années des institutions clés se délitent, font faillite, et bien souvent les personnes se retrouvent livrées à elles-mêmes, car plus grand-chose ne fonctionne…

La communauté, et notamment l’apport des personnes âgées, seront déterminants pour traverser ces temps difficiles, même s’il faut se garder de donner au passé une image trop romantique et idéalisée. Les aînés ont beaucoup à nous apprendre sur des méthodes et des façons de voir qui aideront les jeunes générations et toute la collectivité à traverser les épreuves. Ainsi certains s’appliquent déjà à transmettre leur savoir faire à des artisan-e-s (tonnelier, souffleur de verre, dentellière)[3]. Beaucoup d’aînés peuvent aider d’autres personnes à apprendre des gestes simples, mais que nos sociétés ont en partie délaissés, les confiant à des professionnels : la cuisine, la couture, le bricolage, le jardinage. Mais essayer à tout prix de trouver une « utilité » aux plus vieux, n’est-ce pas retomber dans le piège actuel de la société consumériste et gestionnaire?

Face aux crises, la meilleure réponse est peut-être une inclusion totale des âges de la vie au sein de la communauté afin que personne n’ait à justifier de son existence. Cette inclusion peut se faire par le partage de l’expérience, des valeurs et des savoir-faire, l’échange de services… ou tout simplement par la présence de chacun, car une collectivité se bâtit grâce aux citoyens, quel que soit leur âge.

Accueil et soins aux personnes âgées

Plutôt que d’accueillir les aînés à contrecœur au sein des familles en dernier recours face aux difficultés financières ou de santé, pourquoi ne pas envisager des projets de vie intergénérationnels? De tels lieux permettraient aux générations de se côtoyer naturellement, alors qu’actuellement elles se retrouvent souvent séparées par leurs activités et par une conception des logements ne favorisant pas l’échange.

À l’échelle de la société, on pourrait imaginer une assurance-vieillesse garantissant, plutôt qu’un certain montant en argent, un toit et la nourriture, ainsi qu’un minimum de soins. Ce système pourrait s’appuyer sur les projets intergénérationnels pour prendre soin des aînés dans des structures à échelle humaine. Il serait possible de convertir des ensembles de maisons, ou des immeubles de condos, en habitats abritant plusieurs générations s’entraidant pour les activités de la vie quotidienne. Ce ne seraient pas forcément les personnes d’une même famille qui y vivraient : on pourrait concevoir ces habitats comme autant de mini communautés intentionnelles, des sortes de familles élargies choisies.

Alors qu’aujourd’hui on reconnaît que la médicalisation et la professionnalisation des soins aux personnes âgées induisent plusieurs travers, le retour de la communauté auprès de nos aînés pourrait ramener une humanité que les structures d’accueil institutionnelles peinent à créer. On pourrait ainsi imaginer que les équipes soignantes partagent leur savoir-faire, afin qu’une plus grande partie de la population soit mieux équipée pour faire face aux défis de la dernière partie de la vie.

L’auteur Jan Lundberg évoque d’ailleurs la possibilité de « tribus de soins »[4]. Cet Américain imagine des groupes de personnes qui se promettent de prendre soin les unes des autres lorsque viendra le temps de la dépendance. Ainsi ceux qui sont encore valides, voire travaillent encore, dédient une partie de leur temps libre à s’occuper du jardin de leur voisin, faire des courses pour lui, lui tenir compagnie… Avec l’attente que lorsque leur tour viendra, une nouvelle génération de « membres de la tribu » sera disponible pour prendre soin d’eux. Par ailleurs, une telle approche n’interdit pas d’avoir une couverture santé complémentaire pour les soins que ne peut assurer la tribu.

Dans une société en décroissance, on peut supposer que l’accès à l’hôpital deviendra plus limité. Ainsi, alors qu’aujourd’hui de nombreuses personnes y décèdent, peut-être que dans le futur on mourra davantage à la maison, entouré d’êtres et d’objets familiers. Jusqu’au 18e siècle environ, on mourait un peu à tous les âges. Aujourd’hui, les progrès de la médecine, de l’alimentation et de l’hygiène ont permis de réduire les décès prématurés et la vieillesse, assimilée à l’âge de la mort, a été reléguée en marge. Si les personnes âgées reviennent constituer une tranche à part entière de la société au sein de projets intergénérationnels ou de tribus de soins, on pourra se réhabituer à côtoyer l’ultime étape de la vie. Et ce pourrait être l’un des plus grands progrès amenés par un monde en décroissance.

Aller plus loin

Les initiatives citoyennes décrites plus haut visent à créer un monde meilleur dans les collectivités sans attendre que des lois soient votées dans ce sens. Toutefois, pour des sujets aussi fondamentaux qu’un vieillissement digne au sein de la société, il est nécessaire de soutenir les activités citoyennes par une réforme de notre projet de société appuyée par l’action politique. Pensons par exemple à l’instauration possible d’un revenu maximal – de quoi peut-on avoir besoin (vraiment besoin) au-delà d’un certain revenu, si la société assure la sécurité, les soins de santé et l’éducation de tous? Il est également indispensable de préserver, voire de bonifier, les programmes publics de revenu de la vieillesse. On mettra de cette façon moins d’emphase sur le placement individuel et davantage sur la répartition des richesses collectives.

De nombreuses autres mesures pourraient être mises de l’avant. Les citoyens-électeurs doivent se rendre compte des défis qui les attendent demain; ceci ira à l’encontre du discours rassurant prévoyant une croissance se poursuivant indéfiniment. Ils pourront ainsi exercer leur pouvoir démocratique pour exiger qu’une vision plus réaliste de l’avenir serve de base aux décisions importantes d’aujourd’hui.

 

Si tu ne sais plus où tu vas, regarde d’où tu viens.

Ce proverbe sénégalais est fort à propos: il appelle à recourir à la sagesse et l’expérience de ceux qui nous ont précédés dans une époque qui nous déconcerte. Même si les changements amenés par la fin du modèle économique et social que nous connaissons semblent intimidants et sombres, d’autres avant nous ont vécu des périodes de défis (guerres, crises économiques, grandes luttes sociales); ils y ont survécu et peuvent nous aider à replacer les événements dans leur perspective historique.

Cet article ne vise pas à couvrir l’intégralité d’un sujet si riche. Il se veut un point de départ, un ensemble de pistes qu’il nous faut, en tant que société, étoffer et explorer au plus vite. Sinon, l’enchaînement des événements se chargera de nous donner une réponse par défaut à la question du vieillissement – et nous risquons de ne pas l’aimer.

Remerciements : merci à Michel Durand, Diane Gariépy, Dominique Laroche, Pierre-Eric Leblanc, Pascal Lombart et Serge Mongeau pour leurs précieuses contributions à cet article.


[1] Le droit de vieillir –  Bernadette Puijalon et Jacqueline Trincaz – 2000

[2] Manuel de Transition , De la dépendance au pétrole à la résilience locale – Rob Hopkins – 2010

[3] Métiers et Traditions – www.vieuxmetiers.ca

[4] Elder Care “insurance”, Health Care Tribe – Jan Lundberg, www.culturechange.org – 2002