Archives du mot-clé nouvelle culture

Se conformer et souffrir?

Réflexion 17

Ce n’est pas un signe de santé que d’être bien adapté à une société profondément malade.

Jiddu Krishnamurti

Combien d’années avez-vous passées à ne pas vous adapter à la civilisation industrielle ? Peut-être ne saviez-vous pas que c’était ce que vous faisiez et peut-être ne pouviez-vous pas nommer la façon dont vous choisissiez de vivre votre vie. Mais au fur et à mesure que la crise mondiale s’est aggravée, la conscience que vous ne vous conformiez pas au paradigme de la croissance infinie, à l’utilisation insensée de l’énergie et à l’extinction de masse de toutes les espèces causée par l’humanité, y compris l’espèce humaine, tout cela vous a peut-être révélé à quel point le monde où vous viviez était devenu malade.

Ou bien, peut-être n’avez-vous pas remis en question les valeurs de votre société avant d’avoir perdu un emploi, une maison, un fonds de retraite, une assurance maladie ou autre chose que vous aviez cru ne jamais voir disparaître. À ce moment-là, vous avez peut-être commencé à regarder votre société avec un regard neuf et, en reliant les points, vous avez peut-être découvert la maladie qui s’y cachait.

Quelle que soit votre histoire d’éveil, il se peut que vous compreniez maintenant que dans la prochaine culture « l’ajustement » doit être remplacé par la responsabilité et « la conformité » par une véritable communauté. Dans ce nouveau milieu, on devrait voir favorablement les humains qui ne souhaitent pas s’ajuster et la communauté devrait être disposée à écouter et à dialoguer avec tous ceux qui la contestent. Dans le creuset qu’est la communauté, utiliser les outils de la communication consciente nous offre la possibilité de faire et de refaire la prochaine culture. En outre, je crois que l’angoisse même de l’effondrement facilitera ce processus. Car il se peut bien que plus la souffrance sera profonde, plus nous serons déterminés à créer des sociétés holistiques composées d’êtres humains entiers.

En tout état de cause, la prochaine culture ne doit pas imposer un paradigme dominant auquel chacun doit se conformer ; il faut une culture forgée par des personnes qui comprennent la valeur des idées et des talents de chacun. En d’autres termes, ce qui doit être prisé n’est pas la conformité, mais la créativité.

———————-

Le livre L’effondrement. Petit guide de résilience en temps de crise, publié par les éditions Écosociété, est la traduction de la première partie de Collapsing Consciously écrit par Carolyn Baker. Les 52 réflexions hebdomadaires sur l’effondrement de la civilisation industrielle sont quant à elles publiées régulièrement sur ce site; elles constituent la deuxième partie de la version originale en anglais du livre Collapsing Consciously.

Vous pouvez vous procurer le livre de Carolyn Baker intitulé L’effondrement. Petit guide de résilience en temps de crise, Éditions Écosociété en librairie, ou en le commandant par la poste en envoyant un chèque de 14$ au nom de Fondation Écho-logie, 7011 ave Champagneur, Montréal, H3N 2J6.

La fin et le commencement

Réflexion 5

Lorsque les périodes sombres s’approchent et que la fin semble à nouveau proche, il devient plus essentiel pour une personne d’apprendre et de vivre l’histoire que l’âme porte depuis avant la naissance.

Michael Meade, The World Behind the World

Un moyen de se connecter à l’autre monde, intérieur et caché, est à travers l’histoire que l’âme transporte. En méditant sur ce récit, l’histoire de nos vies, ses nombreux tours et détours du destin ainsi que les parties qui restent à jouer, tout cela offre des indices à propos de notre sort et de notre destin qui révèlent ce que nous sommes venus faire ici.

Je remarque dans la déclaration de Michael Meade les mots « lorsque… la fin semble à nouveau proche ». Cela signifie que nous avons connu de nombreux achèvements auparavant, tout comme le monde a connu de nombreuses fins dans le passé. Nous avons tous subi des centaines, sinon des milliers, de petits décès dans notre vie. Mais une fin est toujours le début de quelque chose, même s’il est parfois difficile de discerner où une chose s’achève et une autre commence.

La fin de la civilisation industrielle est aussi le début de ce que certains ont appelé la prochaine culture. Ainsi, nous faisons tous partie non seulement de cette fin, mais d’un nouveau début, la nouvelle culture qui tente d’émerger. Pourtant, elle n’émergera pas toute seule ; elle a besoin de sages-femmes et d’architectes humains. L’histoire de la civilisation industrielle tire rapidement à sa fin et la prochaine culture a désespérément besoin de nouvelles histoires. Paradoxalement, cependant, ces nouvelles histoires doivent être écrites en retournant aux histoires anciennes des peuples autochtones avant l’avènement de la civilisation industrielle.

Les mots culture et cultiver ont une racine commune. Vivre avec des histoires anciennes, des mythes et des contes de fées parallèlement à un décodage conscient et spirituel de notre histoire personnelle est l’un des meilleurs moyens de cultiver une riche vie intérieure et de créer une nouvelle culture. Les époques turbulentes sont des périodes idéales pour découvrir le synchronisme entre les deux. Une occasion extraordinaire de découvrir le monde caché derrière le monde, un monde qui ne finit jamais, qui informe toutes les extrémités et tous les débuts du monde chaotique et troublé dans lequel nous vivons en ce moment.

——————

Cette série de réflexions est la deuxième partie du livre L’effondrement. Petit guide de résilience en temps de crise publié par les éditions Écosociété. Ce livre est la traduction de la première partie de Collapsing Consciously écrit par Carolyn Baker. Les 52 réflexions hebdomadaires sur l’effondrement de la civilisation industrielle qui constituent la deuxième partie de la version originale du livre sont publiées ici à raison d’une par semaine.

Vous pouvez vous procurer le livre de Carolyn Baker intitulé L’effondrement. Petit guide de résilience en temps de crise, Éditions Écosociété en librairie, ou en le commandant par la poste en envoyant un chèque de 14$ au nom de Fondation Écho-logie, 7011 ave Champagneur, Montréal, H3N 2J6.