Archives du mot-clé connaissance de soi

Apprivoiser notre part d’ombre

Réflexion 16

L’ombre est un problème moral qui interpelle l’ensemble de l’ego-personnalité, car personne ne peut devenir conscient de l’ombre sans un effort moral considérable. En devenir conscient signifie de reconnaître que les aspects sombres de la personnalité sont présents et réels. Cette action est le prérequis essentiel à tout type de connaissance de soi.

Carl Jung

Nous avons une énorme dette envers Jung pour avoir défini et articulé le concept de l’ombre. Essentiellement, l’ombre est une partie de nous que nous désavouons en disant « ce n’est pas moi ». Par exemple, nous disons peut-être du menteur en nous : « Ce n’est pas moi, je dis toujours la vérité », même si une certaine partie de nous n’est pas entièrement honnête. De même, nous pouvons renier les plus abominables traits de caractère qui nous entourent avec un « Ce n’est pas moi ». Le vol, la tricherie, l’infidélité, l’avarice, l’envie, la duplicité, l’opportunisme, la haine, la violence — nous insistons pour dire de tous et chacun « Ce n’est pas moi » et pourtant ils existent tous dans la psyché de chaque être humain, consciemment ou non.

Bien que cette considération puisse sembler déprimante, Jung nous a assuré que 80 % de l’ombre est « l’or pur ». Que voulait-il dire ? Tout simplement que si nous sommes prêts à affronter l’ombre en nous-mêmes et à travailler avec elle, ce travail peut nous transformer profondément et nous conduire à un contact intime avec notre Soi sacré. En outre, en persévérant dans le travail avec l’ombre, l’expérience de la joie est inévitable.

Notre travail est de permettre à l’ego de s’ouvrir suffisamment pour que l’on puisse voir des parties de l’ombre. Bien que nous n’ayons pas la clé de la porte derrière laquelle l’ombre est enfermée, nous pouvons percer quelques trous dans les murs pour laisser passer juste assez de lumière afin de voir l’ombre. Nous pouvons nous sentir dégoûtés en commençant à la regarder, mais nous pouvons également ressentir progressivement un sentiment de compassion envers elle et pour les blessures qui l’ont engendrée. Affronter l’ombre est une expérience intensément humiliante pour l’ego qui peut même, dans certains cas, le faire éclater.

Pourtant, nous ne découvrirons jamais la grandeur ou la générosité du Soi sacré tant que nous ne nous permettrons pas de voir l’ombre et de pleurer pour elle. Rumi a écrit : « Il existe un déchirement qui est véritablement une guérison, qui vous rend plus vivant ». L’or présent dans le travail avec l’ombre n’est pas seulement un gain de vitalité, mais plus de compassion pour nos semblables terriens qui n’ont pas encore trouvé l’or présent en eux.