Archives du mot-clé beauté

Trouver la beauté malgré tout

Réflexion 18

Trouver de la beauté dans un monde brisé, c’est créer de la beauté dans le monde que nous trouvons.

Terry Tempest Williams

Dans un environnement en déclin, il est parfois difficile de trouver la beauté, en particulier dans les zones où existe beaucoup de dévastation ou de décomposition. Une grande partie de la nature a été ravagée par les humains ou les changements climatiques causés par l’homme. Selon l’endroit où l’on vit, il peut être difficile d’accéder à la beauté naturelle. Alors que dans le passé nous avons peut-être compté sur des promenades en forêt pour nous imprégner de beauté naturelle, ces forêts peuvent maintenant avoir disparu ou être gravement altérées. Nous sommes peut-être habitués à une chaîne sonore mélodieuse ou à une sortie régulière à des concerts symphoniques pour profiter d’une magnifique musique, ce qui ne sera pas possible à l’avenir. Films, pièces de théâtre et galeries d’art pourraient ne plus être accessibles dans un monde transformé. Nous ne pourrons plus compter sur la technologie pour accéder à la beauté.

Par conséquent, si nous voulons trouver et créer de la beauté, nous devrons abaisser nos attentes techno-enrichies et retourner à la façon la plus simple de le faire, des façons avec lesquelles nos ancêtres étaient intimement familiers. La recherche et la création de beauté peuvent être aussi simples que d’observer un brin d’herbe qui a percé le béton ou de regarder un moineau picorer minutieusement les morceaux de pain que nous avons lancés. Ou nous pouvons tenter l’expérience d’évider une branche ou une tige dans laquelle nous découperons des trous pour obtenir une flûte. La musique de merveilleux carillons à vent peut facilement être obtenue en fouillant toutes sortes de matériaux qui traînent simplement dans des tas de décombres.

À mesure que le monde devient plus hideux et encore plus brutal, savourer et créer de la beauté devient un acte sacré. Ce faisant, nous affirmons que les aspects les plus déplaisants de notre espèce et du monde extérieur n’ont pas le dernier mot, qu’une autre chose qui irradie davantage dans l’âme humaine prévaut toujours. Ce « quelque chose » est la capacité de révérer la beauté, naturelle ou autre. Une autre phrase de Terry Tempest Williams souligne encore notre relation avec la beauté et la relation de la beauté avec notre univers sacré : « Le monde est sacré. Nous sommes sacrés. Toute vie est sacrée. Les prières quotidiennes sont prononcées par les lèvres des vagues déferlantes, les murmures des graminées, le scintillement des feuilles. »


Cette série de réflexions est la deuxième partie du livre L’effondrement publié par les éditions Écosociété. Ce livre est la traduction de la première partie de Collapsing Consciously écrit par Carolyn Baker. Les 52 réflexions hebdomadaires sur l’effondrement de la civilisation industrielle qui constituent la deuxième partie de la version originale du livre sont publiées sous la rubrique Carolyn Baker à raison d’une par semaine.


Vous pouvez vous procurer L’effondrement de Carolyn Baker, Éditions Écosociété dans toutes les bonnes librairies, ou en le commandant par la poste en envoyant un chèque de 14$ au nom de

Fondation Écho-logie
7011, ave Champagneur
Montréal (QC) H3N 2J6